Peau synthétique

Photo : TAKASHI TSUJI / INSTITUT RIKEN     (peau synthétique longueur 1 millimètre)
Photo : TAKASHI TSUJI / INSTITUT RIKEN (peau synthétique longueur 1 millimètre)

Depuis la possibilité d'imprimer en 3D, de nombreux projets de recherche ont eu comme sujet la reproduction de la peau humaine.

 

Dans une quinzaine d'années la peau synthétique sera disponible dans le domaine médical.

Cela va changer la vie de millions de personnes, les grands brûlés, les accidentés etc... (si toutefois ils ont les moyens de s'offrir ces greffes...)

 

Dans le domaine de la beauté les premiers à en bénéficier seront certainement les plasticiens pour des retouches esthétiques (rides, vergetures, tâches...) ou carrément des changement de visage, on peut tout imaginer !

 

Pour le moment cette peau synthétique est uniquement testée sur des souris et les premiers essais sont très concluants.

 

Hormis le contexte de la maltraitance animale que je déplore (c'est pourquoi les cosmétiques Ô De Lie ne sont pas testés sur les animaux) c'est une avancée scientifique importante car la peau est un système complexe, fait de glandes sudoripares (pour la sueur),  de glandes sébacées (pour le sébum), de poils, de cellules épidermiques, de vaisseaux sanguins... et tout ce système se connecte aux nerfs, aux muscles...

 

Les chercheurs japonais de l'institut RIKEN ont réussi la prouesse de synthétiser de la peau avec des poils et des glandes sudoripares sur des rongeurs qui n'ont pas rejeté la transplantation.

Pour atteindre leur objectif, l'équipe de Takashi Tsuji (l'auteur de cette étude) a dû reprogrammer chimiquement des cellules de gencives de souris en cellules de peau, pour ensuite les greffer sur d'autres souris sans système immunitaire (afin de faciliter la reprise). 

 

L'implantation du morceau de peau synthétique n'a généré aucune tumeur et s'est parfaitement raccordé à l'épiderme de ses hôtes, aux vaisseaux, aux nerfs, etc...

Sur la photo de l'institut Riken on peut voir la peau teintée en vert. C'est la protéine fluorescente d'une méduse qui a été utilisée.

 

Les premiers essais sur des "cobbayes" humains pourraient avoir lieu dans 5 à 10 ans.

 

Il faut espérer que d'ici là, cette peau synthétique sera disponible pour arrêter les tests cosmétiques que certaines marques pratiquent encore sur les animaux.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0